par Corentin

Vous n'avez peut-être jamais entendu parler de ce genre d'architecture, et pourtant, cela en vaudrait bien la chandelle. De quoi je veux parler ? Des bâolis, ces puits à degrés indiens qui recèlent des trésors de conception et de décoration. Pourtant, ils sont voués à disparaître.

Il y a trente ans, la journaliste Victoria Lautman, originaire de Chicago, ne connaissait pas non plus l'existence de ces puits. C'était son premier voyage en Inde et c'est à ce moment qu'elle a découvert ce type de constructions extraordinaires, utilisés pour des raisons religieuses et spirituelles, notamment pour y pratiquer des ablutions et bains rituels.

  • Des milliers de ces bâoli ont été bâtis en Inde au cours des siècles passés, dès 200 près Jésus-Christ. A cette époque, ils ne ressemblaient qu'à des tranchées rudimentaires creusées dans le sol afin d'accéder plus facilement aux nappes d'eau souterraines. Mais avec le temps, les constructions ont évoluées pour devenir de véritables temples, à l'architecture complexe et raffinée. Certains pouvaient atteindre une profondeur équivalente à dix étages.

    Mais à cause de constructions et de pompages non-régulés, les puits se sont rapidement retrouvés à sec et donc abandonnés. Certains très connus sont entretenus et font l'objet de visites touristiques mais la plupart reste encore négligée. Au point que ces bâolis risquent de disparaître : ils deviennent des décharges à ciel ouvert, la nature les recouvre complètement ou bien s'effondrent et disparaissent littéralement.
  • C'est pour cela que Victoria Lautman a décidé de passer quatre ans à effectuer des allers-retours incessants entre l'Inde et les États-Unis afin de documenter et immortaliser quelques uns de ces nombreux puits avant qu'ils ne disparaissent. La journaliste en a localisé près de 120 dans sept états différents. Elle cherche actuellement à faire publier un recueil de ses photographies afin de faire découvrir au plus grand nombre les merveilles que recèlent ces puits particuliers.

    Si vous êtes familiers avec l'anglais, vous pouvez lire le long et passionnant article de Victoria Lautman sur le site Arch Daily.
Liker sur Facebook :

Afficher les commentaires