Valentin (L’amour est dans le pré) en grande détresse : « De l’infarctus ou de l’AVC, qui m’attend le premier ? »

L’amour est dans le pré, à cœur ouvert, Valentin se confie sur son état de santé. Une nouvelle plutôt inquiétante !

© Valentin (L'amour est dans le pré) en grande détresse « De l’infarctus ou de l’AVC, qui m’attend le premier »

Afficher Masquer le sommaire

L’amour est dans le pré fait renaître des sentiments dans le cœur des agriculteurs. D’ailleurs, ils étaient nombreux à participer à l’émission et ont fini par retrouver leur partenaire pour la vie. Si tel est le cas de Valentin, un agriculteur de fleurs comestibles et maraîcher de la saison 16. Cette fois-ci, il est plutôt inquiet pour son état de santé par rapport aux soucis de son quotidien, notamment dû aux conditions météorologiques. On vous dit tout !

L’amour est dans le pré : Valentin Moricet se confie sur ses problèmes au quotidien

Quand on parle d’agriculture, on fait référence automatiquement à l’eau, la source de vie et les plantes. En effet, ce sont les bases de la réussite de l’agriculture.

Cet article pourrait aussi vous plaire:  Arnaques à la fête foraine : Julien Courbet dévoile le secret pour gagner au jeu de la grue à pinces !

Valentin de L’amour est dans le pré s’inquiète de ce qui l’attend. En dehors de son histoire de cœur, le Breton fait face à une crise qu’il ne peut pas contrôler.

Dernièrement, il est difficile pour Valentin de faire face aux problèmes climatiques. En effet, le manque d’eau et la canicule n’ont pas permis à ses légumes et fleurs de bien pousser. De plus, depuis les crises sanitaires, la majorité de ses clients n’ont pas réussi à remonter la pente.

C’est une triste nouvelle qui désole le candidat de L’amour est dans le pré. En effet, il a avoué que s’il a réussi à tenir jusque-là c’est en partie grâce au soutien de son père et de sa belle…

Les autorités n’ont pas répondu à sa demande !

Valentin de L’amour est dans le pré, saison 16 a fait une révélation par rapport à ses problèmes quotidiens. En tant qu’agriculteur, il aura certainement besoin de beaucoup d’eau pour arroser ses plantes. Malheureusement, avec l’insuffisance de pluie et la sécheresse persistante. Il est contraint en effet de rechercher d’autres ressources d’eau.

Cet article pourrait aussi vous plaire:  Économie d’énergie : voici la température parfaite de chauffage pour chaque pièce de votre maison pour l'hiver 2022

C’est alors qu’il a demandé aux autorités la permission de puiser un puits sur son terrain. Une demande qui, selon lui, n’a pas eu de suite.

Triste nouvelle, il ne pouvait rien faire que de voir ses légumes et fleurs brûlés par la chaleur. « Je me souviens d’un soir, en juin, où je me suis assis devant mon jardin. Je voyais tous mes fruits rouges brûlés, l’herbe brûlée… je me suis demandé ce que j’allais devenir… « 

Toutes ces épreuves n’ont pas aidé Valentin de L’amour est dans le pré à cette époque. En effet, il ne dormait que 3 heures par nuit. Il a donc commencé à se demander de ce qui l’attendait encore. « Je me demande qui de l’infarctus ou de l’AVC m’attend au premier tournant » a-t-il déclaré en toute tristesse. Heureusement pour lui, Karine Le Marchand lui a permis d’ouvrir son cœur et de trouver des épaules pour s’appuyer pendant les temps durs.

Cet article pourrait aussi vous plaire:  CAF : les retraités peuvent toucher la prime de Noël 2022 ?

Valentin ouvre son cœur dans L’amour est dans le pré !

Célibataire depuis des années, Valentin Moricet avait souhaité retrouver la femme de sa vie, la future mère de ses enfants. Un grand timide, il a fait appel à l’émission de Karine Le Marchand pour trouver son âme-sœur dans l’émission L’amour est dans le pré.

Et voilà qu’il fait la connaissance de Charlet, la dentiste. Celle qui lui a permis de voir la vie autrement malgré leur relation à distance, ils sont toujours ensemble. Et probablement en train de trouver des solutions pour continuer à fructifier leur relation.

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Valentin (L’amour est dans le pré) en grande détresse : « De l’infarctus ou de l’AVC, qui m’attend le premier ? »