par Julie

Alors que les raies manta et les requins sont des poissons vu comme étant plutôt froids, une espèce de raie manta fait la différence en se montrant assez sociale avec d'autres animaux. 
Les raies manta géantes sont connues pour avoir le cerveau le plus gros de tous les poissons, ce qui lui laisse entendre que sont des animaux raisonnablement intelligents.

  • Cette majestueuse bête aquatique peut atteindre 5.4 m de large, selon les dires du directeur de l'étude Rob Perryman, chercheur à la Marine Megafauna Foundation. C'est 5 ans plus tard que l'étude à révélé des faits intéressants. En effet, les chercheurs ont pu observer que les raies manta choisissent activement de se "socialiser avec d'autres individus qu'ils connaissent et se souvenir de leur contact social" déclare Perryman, dont l’étude a été publiée récemment dans la revue Behavioral Ecology et sociobiologie 

  • Cette étude est l'une des premières à éclairer en profondeur la vie sociale des animaux. Elle s'ajoute aux preuves de ces dernières années que les requins et les raies ne sont pas des animaux solitaires, et socialement mis à l'écart. Au cours des recherches, l'équipe n'a pas hésité à plonger pour s'approcher de l'animal afin de le photographier et de l'identifier. Les chercheurs ont enregistré pas moins de 3 400 rencontres avec près de 600 mantras différentes. Après avoir observé les mouvements sociaux des raies manta les scientifiques ont noté 2 types de cercles sociaux. D'un côté les femelles matures et de l'autre tous les autres. Perryman pense que les regroupements de femelles pourraient constituer un moyen de défense contre les tentatives d'accouplement indésirables des mâles.

  • La neuroscientifique du comportement à l'Université de Floride du Sud, Csilla Ari affirme que les résultats concordent parfaitement avec ses propres recherches. Elle suggère que les poissons sont intelligents et interagissent avec leurs réflexions dans des miroirs. Lors d'intenses interactions sociales, il arrive que les raies manta éclaircissent leurs tâches blanches sur leur dos. Ce qui susciterait chez elle un certain enthousiasme. 

  • Mais alors que cette espèce est considérée comme vulnérable à l'extinction par l'Union internationale pour la conservation de la nature, la compréhension sociale pourrait aider les scientifiques à mieux conserver les espèces. Ainsi, leurs réseaux sociaux pourraient devenir cruciaux pour leur propre reproduction. 

Liker sur Facebook :

Afficher les commentaires