par Bernard

On dit souvent des cons qu'ils sont "bénis des dieux", "différents" ou " dans leur monde". Leur connerie nous surprend toujours, leur force de balancer des conneries sur tels ou tels sujets reste un mystère tant les connexions se font rapidement. Ils oublient de réfléchir et nous balancent sans cesse du nouvelles conneries, comme si il n'y avait pas de limites à leur imagination.
Dans le langage courant, la connerie désigne l’aptitude à parler avant de réfléchir, d'avoir une attitude méprisante et bien sur de penser que les cons...c'est toujours les autres.
Les études se font et se refont mais impossible de savoir pourquoi eux peuvent le faire, pourquoi eux savent "balancer des conneries" et pas nous. Cette " bénédiction", ce don d'être con, de savoir mettre sur patte une idée complètement débile dans un coin de son cerveau pousse à l'admiration.
Cependant, comme tous les artistes, ils sont victimes de leurs talents. Difficile pour eux de ne pas s'affranchir de la norme et des règles imposées par la société. Comment voulez vous cadrer ces boulets de créativité ? Comment voulez-vous avoir le moindre contrôle sur leur façon de penser quand celle ci est à des années lumières des standards de la pensée unique ?
Néanmoins, si même la science n'arrive pas à "cerner" le profil des cons, il y a des points communs qui relient tous ces profils là.  Voici quelques portraits :

1/ Le vieux con

Celui-là il a oublié qu'il avait été jeune un jour. A moins qu’il n’ait toujours été comme ça.   Il écoute du Sardou en se disant que « c’était mieux avant », « Tellement vrai !! ».  Bref on le reconnait à sa mine renfrognée et sa propension au tirage de tronche et aux éructations dès que quelque chose trouble leur petit train de vie pépère.

2/ variante : le vielle conne

Le pendant féminin du premier.  Enfin il ne lui reste généralement plus grand-chose comme féminité.  Adepte de la manif pour tous, des lauden et des serre-têtes, elle pense que l’homosexualité est une maladie qu’on attrape en regardant des films sur internet.  Lors des réunion de fin d’année, elle profite de la visite annuelle de ses neveux et nièce pour leur faire des remarques désobligeante du style « t’as grossi toi », « t’as pris un coup de vieux toi ».  Bref on va la voir parce que c’est elle qui a l’oseille.

3/ Le sale con

Il y en a de tous les âges.  Adepte du « après moi les mouches », c’est lui qui slalome dans les tunnels pour aller plus vite parce que LUI il n’a pas de temps à perdre.  C’est lui encore qui laisse des jets de pisse sur la planche des wc d’autoroutes parce que bon, il va pas se fatiguer à viser ou a relever la planche hein…  C’est toujours lui qui dénigre ses collègues sans trop y toucher, de manière à fayotter le big boss.  Enfin c’est toujours lui qui va tenir le crachoir dans une conversation parce que lui il sait tout, il a tout vu et il a un avis sur tout. 

4/ Le con du web

L’ère numérique à engendré ce type de personnage.  Bien calé derrière son écran, bien caché derrière son pseudo du genre « quenelle de 150 », il va faire sa crotte sur toutes les pages web ou la fonction « commenter » est disponible.  Il a en général une orthographe épouvantable, zéro arguments et envoie une volée d’insultes dès qu’il est pris de court.

5/ Le petit con

Le petit con a au moins l’excuse de l’âge.  On en rencontre souvent dans les salles de cinéma.  C’est lui qui vient s’installer juste derrière vous en posant ses pieds sur votre dossier. Il est de plus incapable d’aller voir un film sans débarquer avec moult chips et paquets de pop corn supersize dont il va balancer le contenu sur ses potes, parce que ça le fait rire.  Bien sur il n’était jamais son GSM dès fois qu’il louperait les dernières infos méga importantes postées sur Facebook.  
Il est toutefois possible d’échapper à sa présence en allant voir exclusivement des films des Frères Dardenne dont il est fort peu friand.

Voilà pour ces cinq points. Si vous voulez ajouter quelque chose ou en débattre, n'hésitez pas.
Pour conclure, sans la connerie le monde serait bien triste, dépourvu de clairvoyance et d'art. Les cons nous montrent la voie à suivre en voulant changer le monde et le rendre plus beau. La connerie est le moteur des nouvelles tendances et participe à l'évolution de nos modes de pensées. Si cette liste est bien sur non exhaustive, il est important de savoir situer la différence qu'il peut y avoir entre la connerie et l'absence de connerie.

C'est pourquoi je vous invite à être con, à prendre des risques afin de troubler vos habitudes et votre routine. Ces personnes ne sont pas différentes des "non cons"… Elles ont juste eu envie d’être con. Quand on veut quelque chose, on obtient quelque chose. Vivre la connerie où qu'elle soit.

 

Liker sur Facebook :

Afficher les commentaires