par Julie

La lutte pour la protection de l'habitat du jaguar dans l'ensemble des Amérique continue sa route, même après la perte de l'un de ses plus grands défenseurs, Alan Rabinowitz.

  • Alan Rabinowitz et son équipe composée de Kathy Marieb et Roberto Salom explorant un corridor dans la réserve biologique Indio-Maíz du Nicaragua

    De l'Argentine jusqu'au Mexique, les jaguars parcourent un large territoire. Plus récemment, certains mâles ont été découverts en Arizona. Le chercheur Alan Rabinowitz fut l'un des premiers à affirmer que la ressemblance notable qui concerne tous les gros chats est vitale pour sauver les animaux. Dans le cadre d'une campagne, qu'il avait nommé, "Voyage du Jaguar", Alan avait parcouru durant un an ces espaces. Le but de cette observation était de protéger les corridors afin de sauvegarder l'espèce.

  • Selon M. Rabinowitz l'installation de routes passant au travers des corridors pourrait entraîner la perte de la diversité génétique de l'espèce. L'isolement serait considéré comme une pente glissante vers une extinction urgente. À ce moment-là, Alan était déjà atteint d'une leucémie lymphoïde chronique, il savait que son temps était compté. Alors qu'en hiver 2018, il se voit obligé de stopper son projet pour des raisons médicales, en février, il subit une longue chirurgie pour enlever plus de 1000 ganglions lymphatiques affectés. En mars, la même année, il avait espéré présenter son projet lors de la plus grande réunion de gouvernements jamais organisée sur le thème de la conversation du jaguar. Malheureusement, il est décédé le 5 août 2018, à l'âge de 64 ans. 

  • Le corridor forestier Maya

    Étant jeune, Rabinowitz avait des problèmes de locution à cause de son bégaiement, il se souvient avoir eu des relations humaines assez compliquées, mais il trouvait du réconfort auprès des animaux. Il s'est donc très vite intéressé à la biologie, puis par la suite, il est devenu diplômé en écologie de la faune à l'Université du Tennessee. 
    Howard Quingley, ancien camarade de classe de Robinowitz, travaillait déjà sur l'étude du jaguar. Il avait alors demandé à Rabinowitz de mener une enquête en observation à Belize. 
    Dans les années 1980, le jeune chercheur arrive à Belize et transforme une petite cabane forestière en une maison semi-fonctionnelle. Son activité principale était de surveiller les animaux en installant des antennes radios sur les arbres. Dans son livre sur les jaguars, Robinowitz déclare "Je me nourris d'aventures", "J'étais là pour aider à sauver l'espèce de l'extinction". Il s'est battu pour convaincre le gouvernement du Belize de protéger le corridor. Ce qui fût un succès puisqu'en 1986, le pays a désigné la région comme la première réserve de jaguar au monde. 

  • Terre en flammes près de Belmopan.

    Rabinowitz a aidé à diriger le programme jaguar de la Wildlife Conservation society, qu'il a quitté en 2006 pour fonder Panthere, une organisation de défense des droits. Depuis des années, l'organisation a récolté des millions de dollars pour soutenir ces actions. Au total, il écrira 8 livres et fera souvent l'objet de reportages pour les médias. Son travail sur la protection des corridors a inspiré beaucoup de gens. Le corridor forestier maya est une étendue de forêt qui relie les habitats nord et sud du jaguar. Cette parcelle n'est composée que d'une étroite bande de jungle, sachant qu'une autoroute la traverse. 

  • Pièces de jaguar illégales confisquées par le ministère des forêts du Belize.

    Au Belize, une région assez sauvage historiquement a vu ses arbres disparaître et les corridors se rétrécir à seulement 8 ou 9 km de large. Principalement détruit pas les agriculteurs à causes des défrichements de forêt pour planter des cultures comme la canne à sucre. La situation actuelle est fragile. L'achat de certaines parcelles de corridor serait vu comme la seule option pou envisager la conservation d'un habitat naturel. Il est illégal de posséder des membres de jaguar. Toutes les reventes de peaux, de dents, et de crânes sont confisquées par les équipes contre la contrebande. 

  • Napoléon, l'âne des gardes, dans la ferme de Juan Herrera, dans le centre de Belize.

    Juan Herrera, un agriculteur, souffrait de beaucoup d'attaques des jaguars sur ses vaches et ses veaux. C'est un problème récurant au Bélize qui oppose souvent les hommes et les animaux. Pour contrer les attaques des jaguars, Juan Herrera a nommé Napoléon, l'âne de garde. Napoléon à l'habitude de faire fuir les jaguars en poussant des cris. Depuis son arrivée, l'âne fait chuter les attaques.

  • Carte du ruisseau Runaway, une terre privée protégée.

    Le travail de Rabinowitz a également contribué à inspirer Omar Figueroa, qui est maintenant le ministre responsable de l'environnement et des forêts au Belize. Il est finalement passé de la conservation à une carrière politique et à son poste actuel où il travaille dans le but de sensibiliser les gens à la valeur biologique du corridor forestier maya. 

  • Alan Rabinowitz recueillant des données sur une piste de jaguar mâle sur une route du sanctuaire
Liker sur Facebook :

Afficher les commentaires