Retraite : pension minimale à 1 200 euros, les mauvaises surprises de la réforme

Le gouvernement a annoncé une pension de retraite minimale à 1 200 euros pour tous les retraités, actuels et futurs. Alors que le projet se précise, certains Français vont avoir de mauvaises surprises...

© Retraite : pension minimale à 1 200 euros, les mauvaises surprises de la réforme

Afficher Masquer le sommaire

Report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans à partir de 2030… 43 ans de cotisation nécessaires à partir de 2027… Prise en compte de la pénibilité du travail… Suppression des régimes spéciaux… Tels sont les principaux contours de la réforme des retraites qu’Elisabeth Borne a présentée le mardi 10 janvier 2023.

Pour faire valider le report de l’âge légal de départ à 64 ans, le gouvernement brandit son coup de pouce pour le minimum retraite à 1 200 euros pour une carrière complète avec des cotisations au Smic. Qui en tirera profit ? Qui sera lésé ? De mauvaises surprises attendent certains Français !

Elisabeth Borne fait état de « justice sociale »

« Une vie de travail doit donner droit à une retraite digne »... Un sujet sur lequel Elisabeth a été ferme lors de la présentation de la réforme des retraites le 10 janvier dernier. En effet, la première ministre a évoqué la « justice sociale » pour indemniser tout ceux qui ont travaillé plus longtemps.

Cet article pourrait aussi vous plaire:  Un retraité devient millionnaire grâce à une technique totalement dingue, c'est le choc !

Emmanuel Macron promettait, pendant sa campagne présidentielle, une pension minimale de 1 100 euros. Mais à le candidat n’avait pas été clair sur la question quant au montant réel et aux bénéficiaires. Aujourd’hui, on en sait un peu plus.

Ainsi, le gouvernement a évoqué une revalorisation de 100 euros par mois, pour atteindre ce minimum de 85 % du Smic net. Or, ce Smic net mensuel est aujourd’hui de 1 353,07 euros. Si on le ramène à 85 %, on obtient alors 1 150 euros. Ce n’est donc pas tout à fait 1200 euros ! Comme le gouvernement a pour objectif d’appliquer la réforme des retraites à partir du 1er septembre, on peut ainsi imaginer qu’il revaloriserait le Smic dans l’intervalle, en rapport avec l’inflation.

Les retraités en question percevront-ils vraiment 1 200 euros au total ? Non ! En effet, ce sera un montant brut et non net, même si le minimum retraite est indexé sur le Smic net. Ainsi, en tenant compte des prélèvements obligatoires, ce montant devrait chuter d’environ 9% avant d’être versé.

Si la pension minimum vous concerne, vous ne recevrez donc pas 1 200 euros tous les mois. Vous percevrez environ 100 euros de moins.

Qui pourra percevoir la pension minimale de retraite ?

Si le gouvernement a mis en avant le fait que la pension minimale est la solution aux petites retraites, tout le monde n’y aura pas droit.

Cet article pourrait aussi vous plaire:  Retraite : découvrez les 3 nouveaux services dont vous allez bénéficier en 2023 !

Afin de bénéficier de cette somme minimale, vous devrez remplir certaines conditions :

  • Avoir perçu le Smic pendant toute votre carrière
  • Avoir cotisé le nombre de trimestres nécessaires pour le taux plein
  • Avoir l’âge légal pour bénéficier du taux plein

Cette réforme ne concerne pas les fonctionnaires. En effet, pour eux, la pension minimum est de 1 248 euros par mois.

Qu’en est-il de tous ceux qui sont actuellement à la retraite ?

Le plan du gouvernement est les retraités actuels puissent bénéficier eux aussi de la pension minimale. Mais on n’en est pas encore là. En effet, 3 milliards d’euros seront nécessaires pour cela.

La première ministre, Elisabeth Borne, a en effet expliqué que, deux millions de retraités devront être augmentés pour cela. De cet fait, l’exécutif devra mener de nouvelles discussions avec les organisations politiques et les syndicats.

Le gouvernement d’Elisabeth Borne a annoncé un minimum retraite à 1 200 euros pour les actuels et futurs retraités. La réforme se précisant, certains Français auront de mauvaises surprises.

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Retraite : pension minimale à 1 200 euros, les mauvaises surprises de la réforme