Suicide Lucas 13 ans : cette phrase terrible retrouvée dans son journal intime

Le jeune Lucas avait indiqué, dans son journal intime, sa volonté de passer à l'acte, sans expliquer la cause de son suicide.

© Suicide Lucas 13 ans : cette phrase terrible retrouvée dans son journal intime

Afficher Masquer le sommaire

C’est la disparition qui émeut la France entière depuis quelques jours. Celle de Lucas, ce jeune garçon de 13 ans qui a mis fin à ses jours. D’après le parquet, le jeune garçon avait écrit sur son journal intime sa volonté de passer à l’acte.

En effet, il subissait, chaque jour, un harcèlement de la part de certains camarades. Pourquoi ? Car il était ouvertement gay. Si l’établissement scolaire assure avoir pris au sérieux le harcèlement du garçon, cela n’a pas été suffisant pour empêcher sa mort tragique.

Établir un lien de causalité pourtant évident

Frédéric Nahon, le procureur de la République d’Epinal, sait très bien ce qu’il se dit sur les réseaux sociaux. Il sait que tout le monde blâme l’homophobie des camarades de Lucas et leur harcèlement. « Il convient d’être prudent sur le lien de causalité.

L’objet de notre enquête est de confirmer la réalité des faits de harcèlement, leur durée, ainsi que le contenu exact des propos et des comportements dénoncés. Les investigations s’attacheront à vérifier le lien de causalité entre ces faits et le suicide »

Cet article pourrait aussi vous plaire:  Les 12 coups de midi : Sarah élimine Stéphane et balance 'Irrespectueux et désagréable'

Il précise, en outre, que Lucas avait laissé un mot dans son journal intime. « Lucas avait laissé un mot dans son journal intime expliquant sa volonté de mettre fin à ses jours (…) mais il ne fait pas référence au harcèlement« .

La famille de Lucas demande justice

Pourtant, la famille de Lucas n’a aucun doute. Elle sait que c’est à cause du harcèlement qu’il a mis fin à ses jours. Une amie de la famille a tenu à parler en ce sens.

« Il était harcelé régulièrement par rapport à sa tenue, sa façon d’être, à ce qu’il dégageait. Il était entier donc il ne se cachait pas. Cela dérangeait peut-être certaines personnes qui n’osaient être aussi entières que lui. Il en a parlé à sa maman qui a bien réagi en appelant la CPE, le principal…

En rentrant de l’école, il se plaignait de ce qu’il vivait encore et encore. Sa maman a appelé au secours à plusieurs reprises. Le milieu scolaire, où il passait les trois-quarts de son temps, n’a pas réagi comme il fallait« .

Cet article pourrait aussi vous plaire:  Coupures d'électricité : voici comment rester connecté à Internet !

L’établissement scolaire et les professeurs mécontents du traitement médiatiques

Valérie Dautresme, directrice des services départementaux de l’Éducation nationale, apporte quelques précisions quant aux actions de l’établissement. « Les quatre élèves qui avaient été cités par Lucas et sa maman avaient été reçus par la CPE, pour un rappel à l’ordre très ferme« .

Elle précise que cela avait été efficace. En effet, la situation s’était par la suite améliorée. C’est du moins ce que l’équipe enseignante pensait.

Un professeur de l’établissement scolaire regrette de son côté le traitement médiatique de cette terrible histoire. « Ce qui me pose problème, c’est qu’on nous montre du doigt indirectement. Seule l’enquête permettra d’en savoir plus« , a-t-il confié au Parisien.

Les parents espèrent que justice soit faite. Et que l’histoire de Lucas devienne un exemple pour éviter qu’un autre enfant perde la vie suite à du harcèlement scolaire.

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Suicide Lucas 13 ans : cette phrase terrible retrouvée dans son journal intime