Jean-Jacques Goldman : zoom sur ce terrible drame qui aurait pu lui être fatal !

Un tragique accident aurait pu coûter la vie à Jean Jacques Goldman. Une histoire que Jean Bender, dévoile dans son livre, "Il suffira d'un signe".

© Jean-Jacques Goldman zoom sur ce terrible drame qui aurait pu lui être fatal

Afficher Masquer le sommaire

Après 30 ans de services au sein de la troupe des Enfoirés, Jean-Jacques Goldman a quitté son navire et la scène en 2016. Depuis le chanteur se fait on ne peut plus discret, loin des projecteurs. Plus de 50 ans après leur première rencontre au lycée François-Villon, dans le quatorzième arrondissement de Paris, Jean Bender, le fidèle ami d’enfance de Jean-Jacques Goldman, a publié aux éditions Albin Michel le livre « Il suffira d’un signe ». L’occasion pour nous de découvrir que le chanteur a failli perdre la vie dans un tragique accident. Voici l’histoire de cet accident que l’une des personnalités préférées des Français a subi.

On a failli perdre Jean-Jacques Goldman !

Dans son ouvrage, Jean Bender revient d’abord sur leur amitié, puis, sur leur rivalité. Il évoque aussi leurs histoires personnelle, professionnelle et amoureuse. « Avec Jean-Jacques, on échange nos vinyles. Il est en permanence à l’affût de nouveautés. Et a déjà un solide bagage académique. Il connaît le solfège et a un bon niveau au piano et au violon », a confié Jean Bender dans son livre et dont Le Parisien a relayé des extraits. Retranscrire dans la plus grande exactitude son amitié avec Jean-Jacques Goldman était l’une des choses les plus importantes pour l’écrivain. Ainsi, Jean Bender, avec l’autorisation de son ami d’enfance de publier son ouvrage, a raconté aussi une anecdote inédite au sujet de la carrière de son meilleur ami de jeunesse.

Cet article pourrait aussi vous plaire:  TPMP : gros clash sur le plateau, un invité se lève et s'en prend à Cyril Hanouna !

Le feu dans une discothèque près de Grenoble

Ainsi, dans les colonnes du Parisien, Jean Bender a évoqué ce tragique incendie qui aurait pu coûter la vie au papa de Michaël Goldman. « Leur agenda surchargé leur sauve la vie. Le 1er novembre 1970, 146 jeunes décèdent dans l’incendie du 5-7, une discothèque près de Grenoble. Phalansters (le groupe de rock de Jean-Jacques Goldman) avait été remplacé au dernier moment », découvre-t-on dans les écrits de Jean Bender. Phalansters est un groupe de musique, que le chanteur a fondé en 1969. Mais il prend la décision de l’abandonner quelques années plus tard pour se lancer en solo. « Un jour, il nous a lâchés : ‘Au fait, les mecs, je ne vous ai pas dit, mais j’arrête’. Nos chemins se sont séparés », écrit Jean Bender dans cette biographie de Jean-Jacques Goldman.

Cet article pourrait aussi vous plaire:  Lidl fait un carton avec cet accessoire indispensable pour la salle de bain et à un prix de folie !

Les deux amis étaient à nouveau réunis 5 ans plus tard. « Pendant trois ans, Jean-Jacques Goldman ne s’est jamais découragé. Sa cave de 30 m2 aménagée en studio était envahie de bandes d’enregistrements », a raconté l’écrivain. Et d’ajouter : « On avait même marché sur celle d' »Il suffira d’un signe » et réussi à la sauver avec un fer à repasser ».

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Jean-Jacques Goldman : zoom sur ce terrible drame qui aurait pu lui être fatal !