par Corentin

L'ère numérique a définitivement transformé, pour le meilleur comme pour le pire, le rôle des effets spéciaux et visuels dans les films. A tel point qu'on se demanderait presque comment les réalisateurs des années 20/60 faisaient sans l'aide d'un ordinateur.

Un internaute portant le pseudonyme Auir2blaze nous aide justement à y voir plus clair à ce sujet. Celui-ci a compilé plusieurs gifs animés d'extraits de films muets célèbres, comme Les Temps modernes, qui nous montrent comment certaines scènes ont pu être tournés sans l'aide d'ordinateur, uniquement grâce à l'ingéniosité des réalisateurs et de leurs équipes de tournages.

  • Harold Lloyd suspendu à une horloge dans le film 'Monte là-dessus !' (1923)
  • Bien sûr, à l'époque, la technologie de l'écran vert pour inclure un arrière-plan différent lorsqu'une scène était filmée, n'existait pas à l'époque. En 1923, pour arriver à un tel résultat, il fallait utiliser la perspective. Le décor était ainsi construit à une hauteur suffisamment haute pour que l'acteur Harold Lloyd puisse s'y accrocher mais était placé sur le toit d'un immeuble complètement différent. A chaque fois que Lloyd devait grimper plus plus haut, l'immeuble utilisé pour filmer la scène devait être changé pour un autre plus grand.
  • La scène des yeux fous de Colleen Moore dans le film 'Ella Cinders' (1927)
  • Dans ce cas-là, c'était relativement simple. Les deux côtés du visage de Colleen Moore ont été filmés séparément, en utilisant la technique de matte painting. Un morceau de verre peint en noir était placé devant la caméra pour que seulement un côté de l'objectif puisse filmer. La pellicule était alors rembobinée, le morceau de verre changé de côté. Il fallait absolument que la caméra reste fixe à tout moment pendant le tournage de la scène pour éviter de ruiner l'effet.
  • Douglas Fairbank glissant à travers une voile de bateau dans 'Le Pirate noir' (1926)
  • L'astuce a été pensée par Robert Fairbanks, le frère de Douglas, qui était ingénieur. La caméra et la voile étaient ainsi placées selon un certain angle tandis que le poignard de Fairbanks était relié à une poulie et un contrepoids cachés derrière. Des hélices d'avions ont également été utilisées pour gonfler la voile.
  • Charlie Chaplin en patins à roulettes dans 'Les Temps modernes' (1936)
  • Là encore, l'astuce a été d'utiliser un morceau de verre où l'on avait peint le reste du décor. Le morceau de verre était ensuite placé juste devant la caméra pendant que les acteurs (en l'occurrence Chaplin) jouaient leur scène.
  • La scène où Jésus soigne miraculeusement deux femmes lépreuses dans Ben-Hur (1959)
  • Karl Struss a imaginé cette technique qui consistait à utiliser différents filtres de couleurs pour parvenir à cet effet visuel. Le maquillage "de lépreux" n'était ainsi visible que sous un filtre de couleur particulier, ce qui donnait l'illusion que celui-ci disparaissait lorsque le second filtre de couleur était en place.
  • La scène où Mary Pickford s'embrasse elle-même dans 'Le Petit Lord Fauntleroy' (1921)
  • Ce genre de scène où l'on pouvait voir le même acteur apparaître en double sur le même plan n'était pas nouveau à l'époque. Mais réussir à allier cet effet avec un personnage qui bouge était bien plus ardu et inédit à l'époque. Dans ce cas, l'effet a été réussi en réalisant une réplique détaillée de la silhouette de l'actrice Mary Pickford, peinte sur du verre et fixée grâce à un cadre de métal pour empêcher la caméra de bouger. Cette séquence d'à peine trois seconde a pris quinze heures à être filmée.
  • Buster Keaton roulant sur un pont cassé dans 'Sherlock Junior' (1924)
  • L'astuce a, là encore, été d'utiliser une matte painting. Ainsi, toute la partie basse du plan était peinte en noir et s'alignait avec la hauteur du pont, pendant que Buster Keaton était filmé en train de rouler sur le pont encore intact. La prise de vue avec les camions s'alignant près du pont a été filmée séparément. Il a fallu une précision dingue pour réussir à caler ces deux séquences au même timing pour que l'effet soit réussi...
Liker sur Facebook :

Afficher les commentaires